logo

 

Promenons-nous dans ... le Val de Norge

 

Asnières-lès-Dijon Bellefond Bretigny Brognon Clénay
Flacey Norges-la-Ville Orgeux Ruffey-lès-Echirey Saint Julien

 

NORGES-LA-VILLE : par Norges-le-Bas et les Naizoirs, 3 km

 



Point de départ : l’abribus devant la mairie

Quitter la mairie et suivre la rue des Sources vers l’est.

Sur la gauche, le château construit au XVIIIe siècle par Guillaume Joly de Blaisy, seigneur du lieu. Ce qui n’était pour ce marquis qu’une maison de campagne a perdu son aile droite dans un incendie au XIXe siècle. La tour est occupée par un majestueux escalier à paliers.

Accolée à droite, la petite maison du fermier du châtelain.

De l’autre côté de la rue, une des sources pérennes de la Norge alimentait le vivier du château.

À gauche, au niveau du n°15 de la rue des Sources, un des deux pigeonniers du château a été englobé dans une nouvelle maison.

Passer devant le groupe scolaire et sa fresque colorée : il accueille cinq classes.

Dans l’espace vert plus loin à droite, le monument commémorant le départ des soldats de 1er Régiment de Bourgogne qui a eu lieu ici.

Suivre la rue de Bretigny jusqu’à Norges-le-Bas au croisement avec la route de Bellefond.

En face, un château du XIXe siècle construit par Charles Thibaut sur l’emplacement d’une ancienne Commanderie de Saint-Antoine fondée au XIIe siècle en bordure de la voie romaine. Une croix honorant la mémoire de Charles Thiébaut et de son épouse est à demi cachée par les buissons de l’autre côté du croisement.

Tourner à droite et suivre la voie romaine, dite d’Agrippa, installée sur une ancienne voie de portage celtique. Le pont de pierre qui enjambe la Norge a remplacé le pont de bois pour les bêtes, doublé d’une passerelle pour les piétons. Le lavoir construit en amont du pont a été financé par les habitants de Norges et ceux de Brétigny : depuis la Révolution de 1789, la voie romaine servait de limite entre les deux communes.

Tourner à droite pour prendre le chemin des Naizoirs (les naizoirs étaient des trous d’eau aménagés en bord de rivière pour y faire rouir le chanvre). La petite maison d’angle à droite a servi de cantine aux ouvriers qui ont construit le fort Brûlé d’Asnières et sa batterie annexe en 1876, après la défaite de Sedan. Dans la propriété de gauche, remarquer le Ginkgo biloba et ses feuilles en forme de palme. Cet arbre, appelé aussi l’arbre aux cent écus à cause de sa couleur jaune d’or en automne, poussait déjà aux temps préhistoriques (plus de deux cent soixante-dix millions d’années). Il est réputé pour sa robustesse et sa résistance à la pollution. C’est l’une des rares espèces à avoir survécu à l’explosion de la bombe atomique à Hiroshima. Le chemin des Naizoirs domine le cours de la Norge et le platelage qui le suit. On peut apercevoir des ragondins qui pâturent sur les bords de la rivière.

Arrivé à la RD 974, tourner à droite pour rejoindre le centre ancien du village.

A l’angle, à droite, la maison d’été — sa façade est orientée plein nord — construite au milieu du XVIIIe siècle par Guillaume Bouillet d’Aiserey, procureur au Parlement de Dijon. Confisqué à la Révolution, ce bâtiment avec ses grandes écuries, sa chapelle et son parc à la française devint l’Hôtel des Postes à l’enseigne du Cheval blanc qui accueillait les diligences jusqu’à la construction de la ligne de chemin de fer en 1858.

Un peu plus loin sur la droite, la rue de Dijon domine une zone humide alimentée par un ruisseau temporaire issu d’une faille du plateau situé à l’ouest du village.

En face, l’église domine une vigne plantée en 2010 qui rappelle les quatre-vingt-dix hectares de vignobles détruits dans les années 1880 par le phylloxéra, ce qui ruina le village. L’église est une ancienne chapelle domestique datant du IXe siècle. Agrandie au cours des siècles, elle abrite de nombreux objets classés.

Pour rejoindre le point de départ, passer devant la source principale de la Norge qui sourd au centre d’un bassin carré à gradins construit en 1858 afin d’éviter que les troupeaux ne souillent l’eau destinée à la consommation des habitants. Le lavoir date de 1885 ; il possède un plancher mobile qui permet aux lavandières de s’adapter aux variations du niveau de l’eau.

Variante : face à la mairie, passer derrière l’abribus, traverser le bief sur la passerelle du barrage et accéder à gauche au platelage qui permettra de découvrir la zone humide du Pré plaisant, sa faune et sa flore. Le platelage permet de rejoindre le lavoir de Norges-le-Bas.


Pour visiter l’église, s’adresser à Chantal Briquez au 03.80.35.75.18

Nos Communes

Brognon.jpg

News


(c) Communauté Communes VAL DE NORGE 2013 - Pour nous contacter cdc-val-de-norge@wanadoo.fr