logo

 

Promenons-nous dans ... le Val de Norge

 

Asnières-lès-Dijon Bellefond Bretigny Brognon Clénay
Flacey Norges-la-Ville Orgeux Ruffey-lès-Echirey Saint Julien

 

BROGNON : boucle de Brognon à Saint Julien, 3,5 km

 


L’arrivée à Brognon se fait par un chemin rural longeant la parcelle où, aux beaux jours du printemps, chacune et chacun peut venir cueillir les fameuses fraises de Brognon, déclinées en plusieurs variétés…

En débouchant sur la route de Flacey, au creux d’un petit vallon, est nichée une petite source avec un toit en lave, appelée fontaine saint-Martin. Arrivé à Brognon, on aperçoit au nord la forêt communale, coeur de la commune qui, l’automne venu, illustre parfaitement le nom de Côte-d’Or.

Arrivé à la Mairie, vous verrez sur la place du village, l’église — vocable Saint-Martin — qui fut construite en 1853 par l’architecte Monsieur Degré. On y trouve la dalle funéraire d’Odette de Fontaine, dernière dame de Brognon, décédée au XVe siècle. L’intérieur de l’église a été récemment restauré, en particulier le maître-autel qui rappelle le faste de ceux des églises florentines. Devant l’église, a été érigée une statue de la Vierge en Majesté tenant sur ses genoux l’Enfant Jésus portant d’une main une grappe de raisin (en l’honneur de saint Martin, qui fut, avant saint Vallier et saint Vincent, le saint patron des vignerons) et de l’autre un ananas, fruit africain qui évoque le Bénin, à la mémoire de Monseigneur Parisot. Louis François Parisot est né à Brognon le 11 juillet 1885 dans une maison située route de Beire-le-Châtel. Ordonné prêtre le 17 octobre 1909, en décembre 1909 il quitte la France pour Cotonou. Il partira à la Guerre de 1914-1918 comme ambulancier. À la fin de la guerre, il retourne au Dahomey (devenu le Bénin) pour y être supérieur du séminaire de Ouidah. Le 28 octobre 1935, le Père Parisot reçoit l’ordination épiscopale à Dijon. Il est intronisé premier archevêque de Cotonou le 23 février 1956. En décembre 1959, Monseigneur Parisot démissionne pour raisons de santé, et meurt le 21 avril 1960. Il repose, selon ses dernières volontés, dans la chapelle du séminaire Saint-Gall à Ouidah.

Derrière l’église, se trouve un mur de pierre percé d’une porte et d’un portillon, témoin de l’entrée dans les anciennes défenses du village. Au cimetière, on peut voir les vestiges d’une statue de moine.

En direction de Beire-le-Châtel, vous verrez à gauche de la rue, une petite voie allant vers le lavoir. Ce lavoir est tout à fait surdimensionné par rapport au village. Il est alimenté par la Fontaine du Pré de l’Étang, source qui dépendait du château. Il présente plusieurs originalités. Tout d’abord, deux bacs successifs en pierre permettaient aux lavandières l’un de rincer (en amont), l’autre de laver (en aval). Ensuite, on pouvait voir jadis une pierre percée de deux trous. En effet, lorsque le châtelain voulut clore le château, il fallut partager l’eau de la source. Mais le partage se fit bizarrement, en cela que le trou destiné au château présentait un diamètre double de celui destiné au village… Enfin, devant le lavoir, l’abreuvoir en métal, sur pieds, était destiné aux animaux.

Tout près, se dressent de grands bâtiments qui abritaient la ferme du château. Cet ensemble est typique des fermes à cour fermée de notre région.

En continuant, vous aurez, toujours sur votre gauche, l’entrée du château. Une maison fin XVIIIe siècle annonce l’architecture du château de Brognon qui se situe à la sortie du village. Le château de Brognon a été édifié en 1749, sur les bases de l’ancien château fort, par Jean Pérard, Premier Président du Parlement de Bourgogne et seigneur de Brognon, au milieu d’un magnifique parc à l’anglaise de cinquante hectares. Il est resté depuis ce temps dans la même famille. Le bâtiment est de style classique, suivant un plan massé caractéristique. Il comprend trente-deux pièces, le toit est brisé à la Mansart et couvert d’ardoises. Le château de Brognon présente une belle symétrie, beaucoup de légèreté dans ses façades grâce au vide créé par les très nombreuses fenêtres, et une décoration d’une grande sobriété.

Enfin, à la sortie du village, vous partirez en direction d’Arceau à droite.

Vous longerez les bassins de Brognon — zone d’emprunt d’où ont été extraits des graviers pour la construction de l’autoroute toute proche, et sur lesquels, Brognon et Saint Julien organisent des spectacles pyrotechniques — et la nouvelle ferme solaire. Sur une friche industrielle, les frères Mérius ont fait installer, sur trois hectares, onze mille panneaux photovoltaïques destinés à produire deux mégawatts. Cette électricité pourrait alimenter deux mille habitants (l’équivalent de Saint Julien et Brognon) pendant deux jours.

Vous rejoindrez enfin Saint Julien par la Prairie.

Pour visiter l’église, s’adresser à Françoise Bailliet au 03.80.23.26.14.

Nos Communes

flacey.jpg

News


(c) Communauté Communes VAL DE NORGE 2013 - Pour nous contacter cdc-val-de-norge@wanadoo.fr