logo

 

Promenons-nous dans ... le Val de Norge

 

Asnières-lès-Dijon Bellefond Bretigny Brognon Clénay
Flacey Norges-la-Ville Orgeux Ruffey-lès-Echirey Saint Julien

 

BRETIGNY-LÈS-NORGES : de Roz en Varenne, 7,5 km

 

 

Cette boucle relie Norges-le-Bas au centre de Clénay.

Le départ se fait sur la place centrale de Bretigny, face à l’église (consacrée en 1771 en place d’une chapelle nettement plus ancienne mais trop petite). Une visite est possible sur demande à la mairie).

Nous partons plein est, le long de la Norge. Le promeneur désireux de se sustenter peut profiter du restaurant ou des douceurs de notre boulangerie-pâtisserie.

En reprenant son trajet, il apercevra facilement dans la rivière des truites reproductrices, car cette portion, comprise entre les deux lavoirs, est une aire d’alevinage naturelle protégée.

Quatre cent mètres plus loin, arrivés au pont, nous découvrons un joli point de vue mêlant le premier des lavoirs (inaugurés le 25 juin 1882) et les méandres romantiques de la rivière bifurquant vers Clénay.

À quelques pas de là, une boutique d’alimentation est à votre disposition si vous souhaitez faire quelques emplettes.

Nous rejoignons, sur la gauche après le pont, le chemin des Petites Varennes qui, sur six cents mètres, traverse une zone de vergers et de jardins potagers. À son extrémité, de grandes cultures, céréalières ou non, dessinent une mosaïque de couleurs et d’espèces nous rappelant, si besoin était, que notre village abrite encore des agriculteurs que vous croiserez peut-être, en plein travail, le long de votre balade.

Sur notre gauche, le chemin des Varennes nous emmène vers les rives de la Norge, à Clénay, via l’impasse des Cottages de la Norge. On y retrouve la même faune aquatique : truites, poules d’eau, cygnes, et surtout canards peu farouches face à un quignon de pain. Arrivés à la route départementale, nous poursuivons notre trajet vers la place du Monument aux Morts, puis continuons en direction du cimetière.

En continuant (six cent cinquante mètres), plein sud, nous arrivons au niveau de la voie ferrée ; la boucle, elle, continue sur la droite, au milieu des champs, en direction du haut de Bretigny (mille deux cent soixante mètres plus loin), ce qui nous permet d’avoir une vue plongeante sur certaines parties du territoire communal.

À l’extrémité du chemin de Larreux, nous descendons la rue d’Avau avant de prendre la rue des Bocquées sur notre gauche. Celle-ci aboutit au chemin des Vignes, le bien nommé car nous pouvons apercevoir quelques vignes encore exploitées pour une production familiale (Bretigny, comme beaucoup de villages, possédait des vignes… jusqu’à la crise du phylloxéra !).

Après neuf cents mètres environ, nous bifurquons à gauche, en direction du bois du Roz cinq cents mètres plus loin (à droite, nous descendons au coeur de Bretigny, place du Saussieu). Le nom de ce bois est lié à la présence d’une source qui a permis la croissance de ros… eaux dans une zone marécageuse alimentée par les ruissellements venant de l’ouest de la voie romaine. Certaines légendes parlent même de la présence d’une Vouivre dans ce bois, créature mythologique au corps de femme mâtiné de serpent, et capable de vous tuer d’un regard… Peut-être la croiserez-vous ? À moins qu’il ne s’agisse plus prosaïquement d’un chevreuil ou d’un sanglier ! Nous suivons ensuite la lisière du bois jusqu’à l’entrée de Norges-le-Bas et nous descendons jusqu’à la voie romaine. Il est à noter que le grand César l’emprunta lors de la Guerre des Gaules, et qu’il passa par la source de la Norge avant de poursuivre vers Asnièreslès-Dijon pour affronter Vercingétorix, combat perdu qui précéda celui, plus célèbre, d’Alésia.

Nous continuons, plein nord, jusqu’au chemin de Raffenot. Avant de l’emprunter, nous pouvons de nouveau apercevoir la rivière et un lavoir sur notre gauche. Si le cœur vous en dit, vous pouvez même pousser jusqu’au château de Norges-le-Bas, construit au XIXe siècle sur les ruines d’une Commanderie de l’ordre des Antonins, moines-médecins réputés à leur époque. Le pigeonnier, seul bâtiment survivant des affres guerrières du XVIIIe siècle, est situé sur une propriété privée et ne se visite pas. Le chemin de Raffenot, lieu de promenade dominicale, vous ramène à Bretigny avec un début de parcours situé sous une sympathique voûte végétale, puis une portion plus ensoleillée (selon les jours) à partir du moulin de Raffenot (XIVe siècle) transformé en gîte et en centre de soins esthétiques. À noter qu’il existe trois moulins sur le village, et d’autres gîtes.

Arrivés au village, à partir de la place du Saussieu, nous suivons de nouveau la rivière (qui devient parfois une zone de baignade pour les petits en période de canicule) pour une promenade sereine et bucolique jusqu’au deuxième lavoir utilisé jusque dans les années 1960. Ce n’est bien évidement pas l’arrivée du rock’n roll, mais bien celle de l’électroménager qui l’ont rendu heureusement obsolète… sauf pour les rendez-vous nocturnes de nos jeunes… La mairie (ancienne école) est immédiatement sur notre droite, la salle des fêtes est à deux minutes de marche, entre la nouvelle école et les espaces sportifs.

À côté du lavoir, nous retrouvons la place d’où nous sommes partis.

Au retour des beaux jours, les amateurs de pétanque profitent de l’ombre des tilleuls, et de la fraîcheur apportée par la proximité de l’eau. Nous pouvons faire de même…

Brétigny ou Bretigny ? Cela dépend des personnes. L’origine du nom semble être breth (Brét), mot celte désignant généralement un passage ou talus surélevé au-dessus d’un marécage… ce qu’était l’emplacement de Bretigny il y a fort longtemps, et ce jusqu’à l’assainissement obtenu par des travaux de drainage.


Pour visiter l’église, s’adresser à Marie-Lou Tombret au 03.80.35.72.25.

Nos Communes

Bretigny.jpg

News


(c) Communauté Communes VAL DE NORGE 2013 - Pour nous contacter cdc-val-de-norge@wanadoo.fr