logo

Le Fort

Le blason Un compositeur
La Croix Chaudié L'arcade Michel Paufard
L'ange au sourire Une légende Un bel arbre

 


 

P1080139

LA CROIX CHAUDIÉ 

 

 

Cette croix, adossée à l’église côté sud et à laquelle on ne prête pas toujours attention, a fini par livrer son secret...

 

 

Elle révèle le nom d’un homme et ses qualités, qui n’apparaît pas aujourd’hui dans le village comme une célébrité.

 

 

Il fut simplement maire d’Asnières pendant trente ans et fit partie de la première assemblée municipale élue le 15 février 1790, en application du décret de l’Assemblée nationale du 29 novembre 1789.

 

croix_chaudie

CETTE CROIX

ÉRIGÉE A LA

DEVOTION D’ANTOINE

CHAUDIE MAIRE

DE CETTE COMVNE

DEPUIS 30 ANS

ET D’ANNE ROGER

SON EPOUSE

LE 29 8BRE 1825

 

Le registre des délibérations de l’époque relate que les officiers municipaux ont, d’une voix unanime, nommé Antoine Chaudié pour greffier de la commune, le premier maire se nommant alors Nicolas Mongenot.

Antoine Chaudié naît à Asnières le 20 janvier 1753 d’un père maître maçon. Il a trente ans en 1783 lorsqu’il signe les actes de naissance, de mariage et de décès avec le curé, le recteur d’école (ou instituteur), la famille et les parrains et marraines pour les baptêmes. Il est marguillier : c’est lui qui rédige les actes et tient les registres qui sont déposés à l’église.

Survient la Révolution ! Le 5 novembre 1793, an deuxième de la République, il est élu membre du conseil général de la commune d’Asnières pour dresser les actes destinés à constater les naissances, mariages et décès des citoyens. Il est officier d’état civil. Les documents sont alors déposés en la maison commune.

Élu maire en l’an IX de la République jusqu’en 1813, il succède à Denis Lamblin, propriétaire de la maison mitoyenne avec la mairie, qu’habite aujourd’hui Madame Gisèle Jeannel. En 1815, Jean Merle est appelé Maire provisoire ; en 1816, le maire se nomme François Chauvelet. Antoine Chaudié est adjoint, mais retrouve ses fonctions de maire en 1818.

En 1833, le 19 avril, il perd son épouse, Anne Roger, qui vient d’atteindre l’âge de quatre- vingt-un ans. Le nom d’Antoine Chaudié apparaît pour la dernière fois dans un acte de décès le 21 mai 1833. C’est alors son adjoint, Nicolas Chauvelot, qui remplit les fonctions de maire et c’est Joseph Huot qui est cité pour la première fois dans un acte du 4 janvier 1835 comme nouveau maire.

Antoine Chaudié décède le 7 mars 1839 à l’âge de quatre-vingt-sept ans.

Après une vie consacré aux autres, il méritait bien la reconnaissance du village. Ce monument qui lui est dédié dès 1825 reste un témoin de la vie d’Asnières.

Désormais, cette croix n’est plus anonyme et nous ne la regarderons plus sans la voir, ni sans avoir une petite pensée pour Antoine Chaudié.

 

Source documentaire

Chronique communale d’Asnières-lès-Dijon, 1990.

 

 

Nos Communes

Clenay.jpg

News


(c) Communauté Communes VAL DE NORGE 2013 - Pour nous contacter cdc-val-de-norge@wanadoo.fr